Fluoroscopie

Fluoroscopie

Des images réelles du patient sont prises avec un appareil appelé fluoroscopie, qui est l’une des techniques d’imagerie médicale. Cela peut s’appliquer à de nombreuses personnes. Cette technique est couramment utilisée pour visualiser le système digestif, le système urinaire, les organes reproducteurs et les organes comportant des cavités comme l’estomac en administrant un produit de contraste.

Dans le système, le patient est photographié entre un faisceau de rayons X et un écran fluorescent. Cela commence par enregistrer avec la caméra vidéo CCD avec le moniteur et l’écran moderne. C’est l’une des méthodes les plus efficaces. Elle fait partie des méthodes d’imagerie habituellement réalisées en présence de médecins. En cas de problème, le patient peut être intervenu immédiatement. Après la modernisation des procédures endoscopiques telles que la gastroscopie et la coloscopie, la méthode de fluoroscopie a perdu son ancienne popularité après les années 90.

La fluoroscopie est l’une des premières méthodes d’examen en radiologie. Aujourd’hui, il est largement utilisé dans l’examen du thorax, du système digestif (tractus gastro-intestinal), des voies urinaires, des organes reproducteurs féminins et de nombreuses autres parties du corps.

Les rayons X sont utilisés en fluoroscopie. Les structures non visibles sur les radiographies normales sont rendues visibles par coloration avec un produit de contraste administré par voie orale, intraveineuse, rectale ou vaginale. Les agents de contraste sont des médicaments contenant du baryum et des substances radio-opaques à l’iode non ionique. Les produits de contraste sont administrés au patient par boisson, lavement, sonde urinaire ou par voie intraveineuse, selon la nature de l’examen radiologique à réaliser. Après l’administration du produit de contraste, l’organe à examiner est surveillé sur écran par le médecin et des radiogrammes sont pris dans différentes positions selon les caractéristiques de la pathologie et de l’organe.

Lors de l’examen, le patient est affecté par les rayons X proportionnellement à la durée de l’examen et à la durée de la fluoroscopie. Comme pour tout examen radiologique, il est essentiel de considérer les effets secondaires des rayons X dans cet examen, le but étant d’envisager l’intérêt du diagnostic à poser pour le patient et du traitement à réaliser en conséquence. Le médecin examinateur et les techniciens en radiologie sont assis derrière une cloison de protection ou portent des tabliers en plomb pour se protéger des effets secondaires des rayons X.

Avant l’examen, les patients sont informés de l’examen, si nécessaire, leur consentement éclairé écrit est obtenu, ils enlèvent tous leurs vêtements et bijoux en métal et portent la blouse du patient préparée pour l’examen. Les patientes présentant une possibilité de grossesse ou d’allergie médicamenteuse informent le clinicien au moment de la demande et le médecin qui procédera à l’examen avant l’examen.

Après l’examen, les radiogrammes sont évalués par les médecins réalisant la fluoroscopie et un rapport est rédigé à remettre au médecin qui a ordonné l’examen.

LES ORGANES LES PLUS FRÉQUEMMENT EXAMINÉS PAR FLUOROSCOPIE SONT

  • Système digestif supérieur
  • Intestin grêle
  • Voies urinaires
  • Organes reproducteurs féminins

Examen radiologique du tube digestif supérieur

C’est ce qu’on appelle la radiographie œsophage – estomac – duodénum (œsophage – estomac – duodénum). Les surfaces internes de ces organes sont rendues visibles en administrant au patient un produit de contraste baryté. Une préparation est nécessaire avant l’examen.

PRÉPARATION

Le patient ne doit pas manger, boire de l’eau ou fumer au moins 8 heures avant l’examen. Si le patient dispose de médicaments qu’il utilise de manière continue et obligatoire, il peut les prendre avec une très petite quantité d’eau à l’heure indiquée en s’adressant au médecin qui procédera à l’examen.

COMMENT SE DÉROULE L’EXAMEN ?

Tout d’abord, un médicament qui réduit les mouvements de l’estomac est injecté par voie intraveineuse. Ensuite, le patient avale un comprimé générateur de gaz afin que l’estomac gonfle et puisse être mieux visualisé. Le patient boit ensuite du produit de contraste baryté sous observation fluoroscopique. La progression du médicament dans l’œsophage et l’estomac ainsi que le péristaltisme des organes sont surveillés par le médecin et des radiogrammes sont pris dans diverses positions. Un examen normal se termine en une demi-heure environ.

Examen radiologique de l'intestin grêle

Il s’agit de l’examen de l’intestin grêle par injection de produit de contraste (radiographie de l’intestin grêle). Une préparation est nécessaire au préalable.

PRÉPARATION :

Pendant 2 jours avant l’examen, le patient doit prendre des aliments aqueux. Avant l’examen, au moins 12 heures de jeûne et l’utilisation de laxatifs pour le nettoyage intestinal sont nécessaires.

COMMENT SE DÉROULE L’EXAMEN ?

Le patient reçoit un produit de contraste baryté et son évolution dans l’intestin grêle est surveillée sur l’écran par le médecin. Le produit de contraste progresse jusqu’au gros intestin et au cours de ce processus, des radiogrammes sont pris à différents intervalles et dans différentes positions, et des radiogrammes ponctuels sont également pris si nécessaire. Dans les cas nécessitant un examen plus détaillé, le patient avale un mince tube par le nez. Ce tube est inséré dans le duodénum et de l’air est introduit à travers le tube avec le produit de contraste et des radiogrammes sont pris. La durée de l’examen varie en fonction du temps de passage du produit de contraste dans le gros intestin.

Examen radiologique de la vessie et des voies urinaires

En cystographie mictionnelle, les voies urinaires sont visualisées lors de la miction au moyen d’un produit de contraste introduit dans la vessie par un cathéter. Une culture d’urine doit être réalisée au préalable pour éviter qu’une éventuelle infection ne soit transmise aux reins. En cas de croissance microbienne dans la culture, l’examen est réalisé après le traitement de l’infection. Si la culture est propre, il n’y a aucun mal.

COMMENT SE DÉROULE L’EXAMEN ?

Un cathéter est inséré dans la vessie et des radiogrammes sont pris en remplissant la vessie avec un produit de contraste administré par le cathéter, puis le cathéter est retiré, le patient commence à uriner, pendant ce temps, divers radiogrammes sont pris pour voir s’il y a une fuite la vessie vers les voies urinaires supérieures. Aucune gêne n’est ressentie lors de l’intervention hormis l’insertion du cathéter et une sensation de tiraillement. Toutes les procédures sont terminées en environ 25 minutes.

Examen radiologique des organes reproducteurs féminins

Il s’agit de l’examen de l’utérus et des trompes en introduisant un produit de contraste dans l’utérus. La méthode est appelée « hystérosalpingographie ». Elle est réalisée 7 à 10 jours après les dernières règles de la patiente. Avant l’examen, le patient doit prendre des comprimés analgésiques et des antibiotiques prescrits par le médecin. Aucune autre préparation n’est requise.

COMMENT SE DÉROULE L’EXAMEN ?

Un tube fin est inséré dans l’utérus et le passage du produit de contraste iodé de l’utérus vers les trompes et la cavité abdominale est surveillé. Des radiogrammes sont pris à certains intervalles au cours de ce passage. Toutes les procédures sont terminées en 10 minutes environ. La sédo-analgésie est réalisée par l’anesthésiste.

Horaires d'ouvertures